En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Défilé de Fort l'écluse: porte pour le Pays de Gex

Par MARIE-CHRISTINE BRUYAS, publié le jeudi 14 mai 2020 14:08 - Mis à jour le vendredi 15 mai 2020 08:54
fort l'ecluse.jpg

Pour atteindre notre petit territoire si spécifique par sa situation géographique, son histoire et son économie tournée vers Genève, trois solutions s'offrent à nous: la haute Savoie, le col de la faucille et le défilé de fort  l'écluse. C'est ce dernier que nous allons découvrir. Nous allons expliquer dans un premier temps le terme cluse:  pour faire simple, nous dirons qu'il s'agit d'un passage étroit, escarpé, creusé perpendiculairement  entre deux montagnes par une rivière, un fleuve ou un glacier ce qui crée un défilé ou une gorge. En ce qui nous concerne, les deux montagnes  calcaires rabotées sont: le grand crêt d'eau ( 1624m  ) et le Vuache (1111m ) par le Rhône et son ancien glacier. Une cluse permet de faire communiquer deux vallées, ce qui est le cas entre la plaine lémanique et le bassin bellegardien.  

 L'un des premiers grand homme à remarquer le défilé, fut Jules César qui à l'époque était proconsul  de la Narbonnaise ( 58 à 49 avant J.C ). Ce dernier fut frappé par l'importance stratégique du lieu lors de sa venue à Genève ( guerre des Gaules- 52 avant J.C ). Ayant peur que les Helvètes envahissent ce nouveau territoire romain, il alla porter secours à la dernière bourgade allobroge.  Les Allobroges étaient un peuple gaulois dont le territoire était situé en gros entre le fleuve Rhône, la rivière Isère et les Alpes du nord. Il fit détruire le seul pont sur le Rhône ( emplacement actuel du pont de l'île: la tour de l'île ), qui était en quelque sorte le poste frontière de l'époque et  fit réaliser un remblai sur 28 km depuis Genève jusqu' au Vuache . Ce remblai était défendu par un un fossé profond.

On reparle du défilé au Moyen Age  et plus particulièrement  au XIII ième siècle quand le sire de Gex y fit construire une maison forte sur la rive nord( grand crêt d'eau). Il surveillait ainsi les passages et surtout il percevait un droit de péage pour tout ce qui entrait ou sortait de son territoire, en un groupe de mots: il s'enrichissait. La famille céda celui ci au duché de Savoie à la fin de ce siècle. Tout au long du XIV ième siècle, le fort redevient une position stratégique car duché de Savoie et royaume de France aiment à s'affronter militairement, le fort est assiégé par les bernois, les helvètes selon les alliances diplomatiques.  En 1601, la paix est signée entre royaume de France et duché de Savoie; le Bugey, la Bresse et une partie du pays de Gex deviennent françaises ainsi que le fort. Les français font raser le fort situé en face sur le Vuache et possession savoyarde, on est jamais trop prudent avec ses nouveaux amis...

Puis le fort se repose, on le consolide, on renforce les bâtiments sur les falaises, on construit une première enceinte, une tour tout ceci en suivant les préceptes de  Vauban. Les siècles passent, la révolution ne l'affecte pas mais l'arrivée d'un petit caporal va réveiller le bel endormi. Bonaparte, devient empereur et ses désirs d'extension sur l'Europe se font sentir. Les guerres vont recommencer et le fort va être assiégé par les armées de la coalition (autrichiens) qui veulent envahir le territoire en passant par le pays de Gex ( 1814 ), il est détruit en 1815. Après la chute de l'empereur, les architectes militaires repensent le fort et décident de renforcer les hauteurs du fort et les falaises. On construit: tours de guet, casemates, logements pour les militaires, chambres à munitions, tout ceci caché dans les profondeurs de la roche ou en exploitant la configuration des falaises calcaires. La construction du second fort en altitude permet de mieux surveiller les territoires alentours et surtout de ne plus se faire surprendre par le haut comme cela fut le cas lors des attaques autrichiennes durant les guerres napoléoniennes. C est avant tout un ouvrage de protection.

 En 1860, Napoléon III récupère une partie du royaume de Piémont Sardaigne( hte Savoie, Savoie, Nice ),le fort perd son rôle défensif, il ne sert que de poste de douane. Durant la première guerre mondiale , des garnisons sont installées avec comme seul objectif: la surveillance et le contrôle de la route. Puis un tunnel est construit pour éviter aux civils de passer dans l'enceinte militaire, cela durant les années 30. 

La seconde guerre mondiale éclate et le fort reprend du service, il fait partie de la ligne Maginot. Il est défendu par une garnison mais la capitulation française laisse le fort sous surveillance allemande après des péripéties qui contribueront à laisser la Haute-Savoie en zone libre jusqu'en 1942. Une ligne de démarcation est instaurée par les autorités allemandes; le pays de Gex et le fort l'écluse deviennent "zone interdite". Cette zone est contrôlée par l'administration allemande, les conditions d'entrée et de sortie y sont beaucoup plus contraignantes. Klaus Barbie est nommé à la kommandantur de Gex le 21 mai 1942 avant d'être nommé à Dijon puis Lyon. Le département de l'Ain sera totalement libéré en Septembre 1944 par les résistants très actifs dans le Bugey et par les alliés. En 1960, l'armée l'abandonne, il est acheté en 1982 par un syndicat intercommunal. Dès lors, on va s'atteler à le faire vivre pacifiquement.